envelopeinfo@aciquebec.com    phone 855-300-7803    sign-in My Account

Bâtiment de faible hauteur

Le béton a été au cœur du succès du projet. Les prochains paragraphes décrivent comment les avantages du béton ont été mis à profit et comment l’équipe de projet a innové dans l’utilisation du matériau.

Conception : L’intégration des nombreuses fonctions d’un palais de justice a forcé la création de trames irrégulières et de portées importantes qui ont justifié l’utilisation d’un système dalle sur poutres. La rigidité d’un tel système a permis de conserver une structure mince et économique tout en épousant les intentions architecturales. Au chapitre des gestes architecturaux, un système de double porte-à-faux vertigineux a été construit en combinant cinq murs-poutres dimensionnés par la méthode des bielles et tirants. Seule la rigidité d’un tel système a rendu possible ce type de construction.

Constructibilité : La complexité structurale du palais de justice de Rimouski a également stimulé l’ingéniosité des équipes au chantier. À titre d’exemple, des murs porteurs ayant une hauteur de près de 5 m devaient être construits en tenant compte du ferraillage important et des nombreuses ouvertures juxtaposées. Pour assurer une mise en place adéquate, un béton auto- plaçant a été utilisé, ce qui a représenté un défi particulier au niveau des pressions sur les coffrages. De plus, les finis de ces murs devaient respecter des critères de finition très sévères.

Développement durable : Un des objectifs du projet consistait à conserver une portion de la structure de béton datant de 1953. Pour l’atteindre, les propriétés mécaniques du béton ont été mesurées : résistance à la compression (carottes et sonde Windsor) ainsi que résistance à la traction directe. De plus, aucun plan fidèle de la structure existante n’étant disponible, les armatures ont été relevées à l’aide d’un géoradar, et la trame d’axe existante a été fixée en réalisant des relevés par balayage laser 3D. Les nuages de points ont été intégrés dans la maquette BIM. Ces opérations ont été un succès et la structure existante a pu être réutilisée à faibles coûts (monétaire et environnemental).

Résilience : La structure existante a été mise aux normes sismiques en ajoutant des murs de refend judicieusement positionnés. De la même façon, la sécurisation des façades historiques a été rendue possible par la grande rigidité offerte par la structure de béton. La région de Rimouski est située dans une zone sismique très active.

Fonctionnalité : Deux types de chapes de béton hors-standards ont été mises en place pour assurer les bonnes opérations du palais :

  • Selon les recommandations de l’acousticien, deux secteurs névralgiques nécessitaient la construction d’une chape flottante sur un isolant de laine de roche. Ce système peu commun a été calculé comme une dalle sur supports élastiques et permettait d’assurer une excellente isolation acoustique.
  • Sur les planchers existants conservés, qui avaient connu des déformations significatives depuis 1953, une chape formulée spécialement pour cette application (avec fibres macro- synthétiques et agent réducteur de retrait) a été construite. En regard de la résistance à la traction du béton d’origine, un système d’ancrages mécanique a été développé pour assurer la liaison avec le substrat.